Chemin faisant

Mieux vaut être acteur de sa vie

Un homme qui gouverne ses passions est le maître du monde.

Nous devons soit les commander ou être asservis par elles.

Il vaut mieux alors être le marteau que l’enclume.

-St. Dominic Guzman-

Réponse à un mail sur le soin des âmes

J’ai reçu par mail ce texte (Possessions et maladies karmiques) me demandant mon avis.

En voici ma réponse :

Comme tu le sais, je deviens de plus en plus prudent avec ce genre de logique. 

C’est bien écrit mais est ce bien vrai ? Totalement, partiellement…
En attendant, le monde officiel ne reconnait pas ce genre de propos et encore moins la justice. Faire ce genre de comparaison est pour moi hasardeux vu que seul le thérapeute (si il en est vraiment un) sera juge et partie.
A ce que je sache, nous sommes toujours propriétaire de notre corps. Si ce n’était pas le cas, on ne pourrait pas agir, ni récupérer les gens.
Ce que je pense savoir est que la personne dite habitée a le terrain à se faire squatter et a peut être un intérêt à se faire squatter (conscient ou inconscient). Je pense donc que cela peut être volontaire ou non de la personne.
Maintenant, on ne met pas dehors une entité sans que le propriétaire ne soit capable de conditionner l’accès à son être, car il en reviendra forcément d’autres meilleures ou pires. J’ai la conviction qu’agir ainsi est de jouer au petit bonheur la chance et d’être irresponsable avec l’âme des autres.
Le déséquilibre n’existe pas tant que la volonté existe. Si la personne désire (de manière consciente ou inconsciente) un résultat (positif ou négatif suivant les points de vue)…. elle rassemblera d’elle même les composants afin d’obtenir l’ alchimie nécessaire à ce résultat. Déséquilibrer cette alchimie revient à déséquilibrer cette personne dans sa volonté, et donc agir contre elle.
Il faut donc amener la personne à revoir l’ensemble et non le faire de manière intrusive. Si la personne agit d’elle même, elle modifiera cette alchimie sans laisser de portes ouvertes, car il n’y aura pas d’espace à combler par une action imposer. Elle aura la force de sortir ce qu’il faut et de voir ce qu’elle gagne en lieux et place.
Je dirai même qu’agir comme le font en général ces « chasseurs d’esprits » revient à te squatter également. Je suis sûre qu’au final, tu dois avoir quoi qu’il arrive un arrière goût d’intrusion. 
Alors qu’au contraire, forte d’une énergie retrouvée et d’un soutien, tu devrais avoir la grande satisfaction d’avoir accompli un bel acte pour ton intime… signe de futures grandes satisfactions.
Gros bisous

Mes principaux outils

La feuille de la personne avec son nom, un Homme universel en grand format et mon pendule.

J’ai la tête en friche

La tete en friche

J’avoue être dans un état de fatigue et de brouillard cérébral. Ce week-end, je vais rester amarré à la maison pour faire le plein d’énergie, d’informations et de partages.

Toute la semaine, je n’aurai fait que travailler, manger et dormir… sans aucun courage supplémentaire en soirée. Mon travail actuel réclamant un certain investissement physique, je ne peux que m’effondrer en retour pour voyager durant mes sommeils réparateurs.

D’après Monsieur Boulain, j’accomplis facilement des périples nocturnes pour soulager la misère humaine et en reviens chargé. Je ne sais pas !… Ce dont je suis sûr, c’est d’avoir un bien meilleur ressenti sur une personne sur qui je travaille le lendemain de sa demande, de mon acceptation en fait. On dit souvent que la nuit porte conseil… Pour ma part, elle doit m’informer plus que je ne le crois. En fait, je ne travaille peut être que la nuit pour en lire les résultats le jour, qui sait ce que fait notre inconscient durant toutes ces heures de liberté…

Ensuite, je m’avoue pas très au point… trop succinct dirons nous. Je dois donc me recentrer, structurer mon travail pour mieux savoir et ainsi acquérir de la précision. Mes planches sont incomplètes, voir inconfortables pour ma perception et il va donc falloir y remédier un minimum pour affiner mes perceptions.

Enfin, j’aimerais vous remercier, car sans intérêt… je ne peux avancer. Il  faut toujours que cela me soit utile pour trouver ma motivation, l’envie de partager et de découvrir. Merci 🙂

1er mai, fête du travail…

Je suis heureux. Je suis chez moi profitant de ce jour férié.

La veille, j’ai failli perdre mon boulot… et sans boulot, il m’aurait fallu travailler ce jour. Donc aujourd’hui, je profite de ce que j’ai. Et par chance, ce grand et beau soleil accompagné de son ciel bleu me permet de mettre les mains à la terre. Ça me fait un bien fou comme à son habitude. Je les sens fermes, chaudes, presque vibrantes de bien être. Terre et eau étant mes éléments favoris. Ils m’apaisent, me régénèrent et me font du bien.Ne sont-ils pas nos éléments inconditionnels à la vie sur cette belle terre !

J’ai donc préparé une des gourmandises familiales : les fraisiers !

Bonne journée à tous.