C’est délicat…

C’est délicat…

Très délicat en fait de partager avec autrui d’un ressenti extrasensoriel. Surtout quand l’un ressent l’autre mais pas l’inverse. L’équilibre du rapport est inhabituel pour ma part. Je dois donc apprendre à me positionner en fonction de la personne, de laisser venir en soi un tas d’émotions tout en sachant garder sa place, de rester dans son rôle sur tous les sujets même intimes…. pour mieux respecter la personne, mieux partager et communiquer avec elle.

Dans notre société où l’expression d’un ressenti n’est pas des plus naturelles sauf au cinéma ou dans les romans, avoir un moment privilégié face à face avec une personne pour parler de tout cela est vite remuant, déboussolant, gratifiant… A cette date, j’aurai envie de parler d’amour. Il me faut générer une connexion constituée d’une forme d’amour que je qualifierai d’universelle envers la personne pour pouvoir travailler si je puis dire. Etre dans un état d’accueil de l’autre, d’acceptation et de gratuité pour laisser venir naturellement ce que je dois faire ou dire. Sans cela, je n’y arrive pas.

On dit que l’amour rend aveugle et que le mariage rend la vue… c’est un peu cela. Accueillir aveuglément la personne pour cristalliser de l’information sans filtre émanant de sa personne. Pour faire abstraction de mes fondements, jugements et principes… seule aujourd’hui cette forme d’empathie me permet d’accéder à cette neutralité d’émission. C’est à la foi difficile et très plaisant de réussir ce grand écart. Pour ma part, ma concentration consiste plus à m’oublier qu’à tenter de percevoir… la source s’ouvrira d’elle même quand je serai prêt. Personnellement, une fois que je prends mon pendule et me concentre… il me faut quelques secondes pour ressentir un frisson plus ou moins fort parcourant mon corps de la tête au pieds, se terminant en mon nez… à m’en faire éternuer la plupart du temps ! Là je sais… je suis connecté comme je dis, au moins pour travailler à distance.

Bien à vous

 

 

About the author

Grégoire administrator