Les sels du Dr Schüssler

Les sels de Schüssler peuvent être utilisés pour soulager les douleurs de pratiquement toutes
les maladies ou comme thérapie dʼaccompagnement.

Les douze sels sont présentés avec leurs domaines dʼapplication mais la liste nʼest pas exhaustive :

1/ Phosphatée calcique (Calcarea phosphorica) : Entrant pour 57% dans la composition des os, le phosphatée calcique est évidemment indispensable à la formation et à la conservation du système osseux. Sa carence entraîne des difficultés digestives et des formations excessives de mucus, responsables des rhumes et, à un stade carentiel supérieur, de la tuberculose ou du goitre.

On l’indique dans les cas de : rachitisme, sinusite des rachitiques, problèmes de dentition, mauvaise assimilation alimentaire, douleurs dorsales, toux chroniques, inflammation des amygdales, polype nasal, rhumes, migraines, fractures, pertes de mémoire…

2/ Sulfatée calcique (Calcarea sulfurica) : Ce sel minéral préside aux éliminations des déchets pris en charge par le sérum sanguin et déversés dans tous les conduits humides du corps : nez, bouche, yeux, gorge, estomac, œsophage, vessie…

On l’indique en cas de : suppurations, anémie, ulcère de l’estomac…

3/ Fluo-calcique (Calcarea fluorica) : Le fluorure de calcium se trouve en surface, de la peau, des os ou des dents. Sa carence entraîne un relâchement ou une dilatation des fibres élastiques de l’épiderme.

Le fluo-calcique est donc indiqué dans toutes les pathologies où il y a manque de substances formant les cellules épidermiques, mais aussi l’émail des dents, la surface des os, ou les parois des vaisseaux sanguins. Plus précisément en cas de : varices, hémorroïdes, hémorragies utérines, perforations abdominales, durcissement des glandes, tumeurs…

4/ Phosphatée ferrique (Ferrum phosphoricum) : On connaît l’importance du fer. Une carence de fer dans le sang, et la santé est gravement en danger ! Aussi conseille-t-on de prendre du phosphatée ferrique presque systématiquement en cas de fièvre ou de malaise ; et plus particulièrement en cas de : maux de tête congestifs, hémorragies, inflammations, apoplexie, congestion pulmonaire, pneumonie, arthrite, varices, rhumatismes, tendance aux rhumes…

5/ Chlorurée potassique (Kalium muriaticum) : Attention : le chlorurée potassique n’est pas le Chlorate de potassium. Ce chlorurée potassique a pour fonction de maintenir le taux de fibrine dans le sang, en association avec l’oxygène et les albumines.

On l’indiquera en cas de : paresse hépatique, cystite chronique, inflammation rénale, excès d’acide urique, menstrues irrégulières, gencives gonflées, asthme, embolies, goutte, anthrax…

6/ Phosphatée potassique (Kalium phosphoricum) : Le champ d’action de ce sel est le système nerveux central. Aussi trouve-t-il tout naturellement sa parfaite indication lorsqu’il y a fatigue physique et cérébrale, ou nervosisme.

On l’indique, plus précisément, en cas de : trac, timidité, pertes de mémoire, migraines, névralgies, vertiges, irritabilité, hystérie, dépression, anxiété, cyclothymie…

7/ Sulfatée potassique (Kalium sulfuricum) : Ce sel intervient dans le transfert de l’oxygène, notamment vers la peau et les cellules épithéliales. Sa carence entraîne de la fatigue, de la frilosité, des palpitations cardiaques, de l’anxiété, de la tristesse, des migraines, ou des douleurs…

On l’indique en cas de : peau sèche, lèvres sèches, soif, hémorroïdes internes, bronchites, enrouement, mastoïdite, sueurs froides, constipation chronique, maladies vénériennes…

8/ Phosphatée magnésique (Magnesia phosphorica) : On trouve avant tout ce sel dans les fibres nerveuses et musculaires, et en particulier les fibres blanches. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui, en se contractant, provoquent des spasmes ou des crampes lorsque le Phosphatée magnésique vient à manquer dans l’organisme. On l’emploiera donc comme anti-spasmodique, éventuellement en association avec le Phosphatée calcique, s’il ne suffit pas.

On l’indique dans les cas de : crampes, douleurs aiguës, migraines dues au surmenage intellectuel, névralgie auriculaire, maux de dents, constipation infantile, entérite, hémorroïdes, règles douloureuses, tremblements manuels, insomnie par excès de fatigue…

9/ Chlorurée sodique (Natrum muriaticum) : Avec le Phosphatée calcique, le Chlorurée sodique est le sel le plus présent dans l’organisme. En fait, ce sel agit sur toutes les fonctions organique en association étroite avec l’eau. C’est dire son importance ! Et c’est dire également à quel point il participe à l’élimination des déchets.

On l’indique en cas de : coups de soleil, delirium tremens, œdèmes des jambes et des chevilles, insomnie, soif, eczéma, fatigue du réveil, problèmes d’insalivation, cauchemars, maux de tête, névralgies oculaires, pellicules, dépression…

10/ Phosphatée sodique (Natrum phosphoricum) : Sel dont la carence est souvent à l’origine de l’excès d’acidité dans l’organisme, le phosphatée sodique trouve son emploi dans les cas de fermentations digestives et de dysfonctions biliaires.

On l’indique lorsqu’il y a : constipation, acidité, gastralgies, maux de tête d’origine hépato-biliaire, ulcères d’estomac, cystite, coliques infantiles, rachitisme (en association avec le Phosphatée calcique et le Phosphatée potassique), vers, arthrite (en association avec le Chlorurée potassique et le Silicique)…

11/ Sulfatée sodique (Natrum sulfuricum) : La première fonction de ce sel consiste à équilibrer la répartition d’eau dans les tissus organiques, le sang et les fluides corporels.

Il trouve ses indications dans les cas de : goutte, congestion hépatique, hépatisme, obésité, asthme, lourdeurs d’estomac, amertume dans la bouche, hypersensibilité du cuir chevelu, maux de tête accompagnés de vomissements, dépression…

12/ Silicique (Silicea) : Ce douzième et dernier sel est considéré comme “ le chirurgien du corps ”. En fait, sa carence entraîne le retardement de la suppuration et, par la même occasion, se trouve à l’origine de vives douleurs. De plus, selon le docteur Carey, “ une déficience de Silicique produit une condition mentale qui rend la faculté de penser difficile et pénible ”.

Il est donc indiqué en cas de : neurasthénie prolongée, abstraction mentale, perte des cheveux, petites tumeurs sur les paupières, cataracte, mastoïdite, pyorrhée, abcès du foie, prostatite, bronchite…

 

Sels de Schüssler et astrologie

Bien que n’ayant strictement rien à voir avec la vision scientifique de Schüssler, un médecin, le docteur Carey, passionné d’astrologie, s’est tout d’abord amusé à associer chaque signe du Zodiaque à un sel biochimique, mais fut très vite étonné de constater à quel point ses malades, sans le savoir, consommaient prioritairement le sel correspondant traditionnellement à leur signe.

A l’attention des amateurs d’astrologie médicale, voici donc ces douze correspondances :

  • Bélier : Phosphatée potassique.
  • Taureau : Sulfatée sodique.
  • Gémeaux : Chlorurée potassique.
  • Cancer : Fluo-calcique.
  • Lion : Phosphatée magnésique.
  • Vierge : Sulfatée potassique.
  • Balance : Phosphatée sodique.
  • Scorpion : Sulfatée calcique.
  • Sagittaire : Silicique.
  • Capricorne : Phosphatée calcique.
  • Verseau : Chlorurée sodique.
  • Poissons : Phosphatée ferrique.